Femme et changement climatique : WEP-BF forme les leaders des chaines de valeur Agriculture sur les changements climatiques en partenariat avec OXFAM BURKINA

Le Burkina Faso est un pays sahélien situé enclavé au cœur de l’Afrique occidentale. Avec une majorité de sa population directement dépendante de l’exploitation des ressources naturelles, le Burkina Faso est vulnérable aux effets du changement climatique qui a des impacts considérables sur son développement socioéconomique et ses systèmes de production.

En effet, ce changement climatique a entrainé une diminution des rendements de production et de la productivité du bétail, des précipitations irrégulières et mal reparties dans le temps et dans l’espace, le risque de l’éclosion de certains ravageurs des cultures, aggravation du stress hydrique, la pollution de l’eau et de l’air, le risque de destruction des productions par des fortes inondations. Les femmes sont les plus exposées au changement climatique étant donné qu’elles sont les plus nombreuses dans la production agro-sylvo-pastorale et sont les moins formées et encadrées dans ce domaine. Face à cette situation peu reluisante que vivent les femmes burkinabé, WEP-BF, en partenariat avec Oxfam, a organisé ce vendredi 31 mai 2019,  un atelier de formation au profit de femmes leaders de la chaine de valeur Agriculture sur les changements climatiques.

Issues de plusieurs organisations féminines,  ces femmes leaders ont été sensibilisées et formées sur le phénomène de changements climatiques, les politiques et stratégies mises par les autorités burkinabé pour y faire face. Ainsi, pour ce qui est des sources de financements, les participantes ont identifié plusieurs sources de financement qui peuvent les accompagner dans leur lutte pour l’adaptation au changement climatique. Il s’agit, entre autres, du Fonds pour l’Environnement Mondial (http://www.thegef.org), du Fonds Vert Climat (www.greenclimate-fund.org) du Fonds d’Adaptation (https://www.adaptationfund.org), l’Initiative pour la finance de la biodiversité (www.biodiversityfinance.net) etc.  

En ce qui concerne l’adaptation au changement climatique, elles ont appris plusieurs pratiques en l’occurrence la production de semences améliorées en termes de précocité et de productivité, la restauration du couvert végétal, l’adoption des nouvelles pratiques culturales.

En plus des pratiques culturales, ces femmes ont aussi appris les nouvelles technologies d’économie d’eau et d’énergie et les pratiques permettant d’améliorer l’alimentation du bétail en saison sèche.

A l’issue de la formation, ces femmes leaders ont saisi cette occasion pour envisager des actions futures sous forme de plaidoyers (accès de la femme à la terre,  accès de la femme aux mécanismes de financements etc.)

Le service de communication de WEP-BF

Check Also

25 mai 2019 : tous pour l’utilisation des énergies renouvelables

25 mai, c’est la journée africaine des énergies renouvelables. A ce jour mémorable pour les …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
8 × 23 =


English / Français»