Les femmes du Burkina Faso se forment pour jouer leur partition dans la mise en œuvre des ODD

L’ONG Women Environmental Programme Burkina Faso (WEP BF), à travers le projet « Women 2030», a organisé, les 4 et 5 mai 2017 à Ouagadougou, un atelier de formation sur le suivi de la mise en œuvre des  Objectifs du Développement Durable (ODD) et des politiques climatiques, au profit des organisations de Femmes et de Genre.

Membre du Groupe Majeur des Femmes, l’ONG Women Environmental Programme Burkina Faso (WEP-BF) met en œuvre le projet « Women 2030 » au Burkina Faso. Dans cette optique, WEP-BF a organisé un atelier de formation dont l’objectif général était de renforcer les capacités des organisations de la société civile des Femmes et de Genre pour le suivi de la mise en œuvre des Objectifs du Développement Durable (ODD), d’une part et des politiques climatiques (Accord de Paris) aux niveaux national, régional et local, d’autre part. Les travaux se sont déroulés les 4 et 5 mai 2017, à Ouagadougou. Il s’agit de la première d’une série de formations qui devra s’étendre jusqu’aux communautés de base.

Selon la présidente de WEP-BF, Zénabou Segda, le but du projet est d’arriver à mobiliser le maximum de femmes et  d’organisations de Genre, pour les impliquer dans la mise en œuvre des ODD et de l’accord de Paris à travers l’analyse des politiques, le suivi et du plaidoyer. Dans son allocution d’ouverture, elle a souligné que l’impact du changement climatique affecte beaucoup les femmes mais qu’elles  demeurent des acteurs  clés du développement durable. Il faut donc qu’elles soient formées et informées pour la recherche de solution face aux effets du changement climatique.

Le représentant du PNUD, Oumar Ndiaye a révélé que le PNUD occupe une position  stratégique en ce qui concerne le pilotage des ODD, en relation avec la direction générale de l’économie et de la planification». Du point de vue de M. N’Diaye, de nos jours, le développement durable ne peut être atteint sans l’implication des femmes. Il a soutenu que la non implication des femmes impacte beaucoup en termes de perte économique pour le continent.

La représentante du ministre de l’environnement, de l’Economie verte et du changement climatique (MEECCC), Haoua Sary, a rappelé que les Nations unies ont adopté en septembre 2015, un nouveau programme de développement durable comprenant 17  objectifs mondiaux, 169 cibles et environ  200  indicateurs. «Ce programme, d’après elle, vise, entre autres, à mettre fin à la pauvreté, à lutter contre les inégalités et l’injustice, à faire face au changement climatique d’ici à 2030». Elle a soutenu que  l’atteinte des cibles des ODD implique l’engagement et la participation de tous les acteurs et qu’il est  nécessaire de renforcer leurs capacités en mettant à leur disposition, des outils pour une prise en compte des ODD dans les politiques, les plans, les stratégies et les projets de développement.

Qu’est que le projet « Women 2030 » ? 

Le projet « Women 2030 » intitulé : Organisations de Genre et de Femmes mobilisées pour l’atteinte des Objectifs du Développement Durable (ODD), est un projet d’une coalition internationale dont le but est de contribuer à la promotion de la bonne gouvernance et à l’atteinte des Objectifs du Développement Durable par le biais du renforcement des capacités des acteurs de la société civile. Il est financé par la commission de l’Union Européenne dans le cadre de son projet « Renforcer les réseaux régionaux, Européens et mondiaux d’Organisations de la Société Civile (OSC) ».

Ce  projet vise à promouvoir un développement durable, équitable et inclusif, prenant en compte toutes les composantes de la société. Le projet entend soutenir des associations internationales, nationales et locales dans les domaines du Genre, de l’égalité des sexes, à travers l’analyse de politique, le monitoring, le plaidoyer, etc. Il est mis en œuvre dans 52 pays à travers le monde et dirigé par cinq réseaux internationaux de femmes et de Genre que sont Women Engage for a Common Future (WECF) ; Women Environmental Programme (WEP) ; Global Forest Coalition (GFC) ; Gender and Water Alliance (GWA) ; Asia Pacific Forum on Women, Law and Development (APWLD).

Plusieurs communications ont été données et les participants ont apprécié et mesuré du même coup l’immensité de la tâche qui sera la leur.  La suite du projet consistant à mobiliser et à renforcer la capacité des associations à des niveaux plus local pour pour participer  à l’analyse, le suivi et le plaidoyer pour la prise en compte des ODD dans les plans de développement.

Check Also

Liste des entreprises détentrices de déchets

Après le Projet Switch Africa Green (SAG), les 100 entreprises formées se sont mises en …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Résoudre : *
24 − 7 =


English / Français»